Le Monde est Rond

 

Écrit en empruntant le point de vue d’une fillette de neuf ans, “Le Monde est rond” révèle les relations indissociables du langage “steinien” avec le langage enfantin. L’esthétique est celle d’un langage cubiste qui joue avec les fragments de cube des mots bredouillés, des images qui témoignent d’une imagination débordante: la relation du cubisme au jeu de cubes. Car tout ici tient dans les déplacements et les variations

 

d’éléments simples: un lion, une montagne, une chaise bleue, une plairie verte.

A la recherche de sa propre identité, sur une musique d’enfance, Rose découvre un monde ou le magique et l’infernal se poursuivent dans un même cercle. Une Rose est une rose est une rose est une rose…

 
   


 

 

Télécharger le dossier
(pdf 800k)

.